Yvon Taillandier Accueil
Oeuvres Biographie Ecrits Actualités Revue de presse Contact
Actualites
Écrits

> LA FIGURATION LIBERATRICE

10 octobre 2010

Il s'agit de renoncer à l'égoiste du peintre quand on est un figuratif libérateur.
Mes imitateurs qu'on a groupés et désignés sous le nom de "figuratifs libres" se targuent de jouir, eux, de la plus grande liberté.

Tant mieux pour eux; mais le figuratif libre n'est qu'un égoïste. S'il était comme le "figuratif
libérateur, il se soucierait de ceux qui regardent sa peinture et la liberté, c"est pour eux qu'il la voudrait et non pour lui.

Pour le "figuratif libérateur", il s'agit de donner aux autres le sentiment qu'ils sont libres et qu'ils en éprouvent non pas une angoisse, mais une joie.

En regardant une oeuvre de "figuration libératrice", on doit s'apercevoir que l'espèce, sous certaines conditions est capable de nous délivrer de la tyrannie du temps.



Yvon Taillandier 1990

(un peu plus tard...)

Je peins pour faire partager aux autres le plaisir que j'éprouve à la simple action de regarder et de voir. Comme mon ami Giacometti, je me suis aperçu que le travail qui consiste à créer une image, peinte, sculptée ou dessinée, améliorait considérablement la faculté de vision.
Telle est une des raisons pour lesquelles je m'adonne à la peinture. Une autre raison est qu'elle me permet de satisfaire la passion que j'éprouve pour le dessin.
La couleur, qu'on oppose souvent au dessin, m'est longtemps apparue comme cette chose que Gauguin qualifiait de "mystérieuse" et qu'il fallait, disait-il "utiliser mystérieusement !". Toutefois, je ne partage plus cette opinion. Je me contente de constater que la couleur solidifie les lignes qui, sans elles, sont d'une extrême fragilité. Or, le graphisme me permet de donner forme à des personnages que j'invente et que je qualifie de progressifs. Très simples à certains endroits, ils se compliquent et s'élargissent jusqu'à occuper et animer toute la surface de la toile, n'y laissant que des vides très réduits.
J'ai opté pour des couleurs simples, pures et gaies, parce que mes tableaux, si chargés qu'ils semblent parfois, refusent de paraître lourds et se veulent des chants joyeux, voire des hymnes à la joie.
Je voudrais qu'ils disent aux spectateurs : "Nous vous aimons, et la vie que nous vous montrons mérite d'être vécue avec ingéniosité et allégresse !"


Yvon Taillandier 1992


YVON TAILLANDIER


. . . . . . . .
bas

© Yvon Taillandier. Tous droits réservés