Yvon Taillandier Accueil
Oeuvres Biographie Ecrits Actualités Revue de presse Contact
Actualites
Écrits

> LES AVIONS DU TAILLANDIER-LAND

10 octobre 2010

Les avions me servent à remplir le ciel du Taillandier-Land dont le vide serait pénible sans eux, car j'ai supprimé les pluies, la neige, la grêle et, par conséquent, les nuages dans mon pays inventé que je veux serein. J'ai fondé des compagnies d'aviation et des usines qui fabriquent des appareils très variés, mais presque toujours à hélice. Il y a quelques avions à réactions, mais ce sont de rarissimes exceptions. Mes usines fabriquent au contraire de nombreux avions à plusieurs plans : biplans, triplans, quadri-plans ...etc... mais les plus nombreux sont les avions libellulaires comprenant un minimum de quatre ailes sur un même plan. Ces avions peuvent avoir une carlIngue extremement allongée et pour la porter de nombreux couples d'ailes. La carlingue de certaines de mes machines volantes est molle et peut faire le tour de l'image. Les hélices sont représentées par un cercle autour du nez de l'avion. Elles peuvent se multiplier, se séparer du nez et se transformant dans l'air devenir le pilote qui finit par tomber sur son siège devant le manche à balai.
Mes pilotes ont souvent de très grosses tête à l'intérieur desquelles on voit ce dont ils rêvent ou à quoi ils pensent, de sorte qu'un très grand nomb re de mes tableaux sont donnés pour l'image des pensées ou des songes d'un aviateur. Ceux-ci rêvent parfois du ciel, mais le plus souvent de paysages de la terre où vivent les "rampants" et règne la perspective classique que, partout ailleurs, je condamne, de sorte qu'il n'y a dans le Taillandier-land d'aujourd'hui de sol ni de ligne d'horizon nulle part, excepté dans la tête des aviateurs.
Les passagers sur l'aile sont possibles au Taillandier-land grâce aux capacités multiples, variées et simultanées de l'athmospohère. Celle-ci peut-être dense pour porter solidement les ailes des avions et, au contraire et en même temps, légère, diffuse pour n'offrir aucune résistance à la présence des passages installés sur les ailes, qui prennent des bains de soleil, dansent ou dorment sans être gênés le moins du monde par l'obstacle de l'air.
Mes avions sont souvent anthropomorphes.




. . . . . . . .
bas

© Yvon Taillandier. Tous droits réservés