Yvon Taillandier Accueil
Oeuvres Biographie Ecrits Actualités Revue de presse Contact
Actualites
Expositions

> Yvon Taillandier : Hommage
Exposition du 22 Mai au 3 juin 2018 : les encadreurs encadrés - collecte dons pour restaurer l'Ambassade du Taillandier-Land

17 avril 2018
Galerie associative "l'Oeil du Huit", 8 rue Milton Paris (9è) - https://oeilduhuit.com/ - oeilduhuit@wanadoo.fr - 01 40 23 02 92 - Lire l'article d'Yvon Taillandier "les encadreurs-encadrés"

Hommage à Yvon Taillandier

Critique et historien d’art, poète, romancier et artiste peintre, Yvon Taillandier est décédé à Avignon samedi 3 mars 2018. Il avait 91 ans.

Il est considéré comme le père de la « figuration libre » incarnée par de nombreux artistes, notamment Keith Haring, Jean Michel Basquiat, Hervé Di Rosa, Robert Combas.

Yvon Taillandier a été en contact avec les plus grands peintres d’art moderne. Il rencontrera Picasso en 1951, Giacometti en 1952, Miro, Calder, Soulages, Pignon, Moro, Laurens.

Comme critique d'art, il collabore à la revue Connaissance des arts de 1953 à 1968 et à la revue XXè siècle.

Comme historien de l’art, il publie de très nombreux articles et ouvrages consacrés à Giotto, Monet, Rodin, Gauguin, Cézanne,… Dans la presse on salut son regard novateur sur ces grands artistes.

Il développe une réflexion sur la liberté de lecture que donne le tableau.
« Les impressionnistes se sont débarrassés du clair-obscur, les expressionnistes ont fait fi de l’anatomie classique, les cubistes de la perspective, les surréalistes ont rejeté le carcan du rationalisme et de la logique, enfin les abstraits ont éliminé la contrainte du sujet ».

Par sa conception figurative et narrative, Yvon Taillandier a la volonté d’inscrire son œuvre dans un courant visant à dépasser l’abstraction, qui s’intitulera « la figuration libre ».

« Les abstraits prétendaient que figurer c’était emprisonner et paralyser la faculté d’invention ».

Ainsi son œuvre donne autant à voir qu’à lire, en créant un lexique figuratif, un monde imaginaire, « le Taillandier-land », peuplé de personnages à l’anatomie folle, qui inspirent « un sentiment d’ingéniosité, voire d’astuce et de délectation ». Pour Yvon Taillandier le spectateur doit « se sentir libre autant que l’artiste, et même plus que lui ».

Comme sa peinture, Yvon taillandier est un artiste engagé, il s’exprime contre l’apartheid, pour la paix, la défense des femmes, en faveur des droits de l’homme ;

Sa vision volontariste et radicale, touche au merveilleux, au poétique, au politique, au fantasme.

Dans un entretien avec Yvon Taillandier, en 1959, Miro disait : « l’art peut mourir, ce qui compte, c’est qu’il ait répandu des germes sur la terre ».

Yvon Taillandier a été aussi un jardinier, il a semé, irrigué, taillé, greffé et son œuvre est féconde.

En parlant de ses tableaux, il voulait qu’ils disent aux spectateurs : « nous vous aimons et la vie que nous vous montrons mérite d’être vécue avec ingéniosité et allégresse ».

L'association "l'Oeil du Huit" lui rend Hommage par cette exposition sur le thème des ENCADREURS ENCADRES


LES ENCADREURS ENCADRES

De 1984 à 2007, Yvon Taillandier a notamment produit des œuvres en association avec de nombreux artistes :
Guidet, Martin Lacroix, Itoh, Bertrand Moulin, Olga Luna, Pascal Houdard, Julian Hayter, Olivier Faÿ, Louise Barbu, Michel Dambrine, Laforcade, Pierre Cornudet, Villéglé, Formica, Juhel, Agnès Pezeu, philippe Bonan, Duranel Jean, Michelle Martin Kervot, Joël Crespin, Julia-Keiko.

Dix artistes seront représentés lors de l'exposition à la galerie de "l'Oeil du Huit" : Julia-Keiko, Michel Dambrine, Pierre Cornudet, Michelle Martin Kervot, Joël Crespin, Pascal Houdart, Jean Luc Juhel, Louise Barbu, Julian Hayter et Philippe Bonan.

« Les œuvres que, depuis dix ou douze ans, je nomme « encadreurs-encadrés » se font à deux. L’un fait le dessin (ou la peinture) que l’autre encadrera. Puis on inverse : l’encadreur du début devient l’encadré de la suite.

Sur une feuille de format raisin, au centre, on choisit un certain espace qu’on remplit ; tout autour reste un vide, dans ce vide viendra l’encadrement.

Sur une autre feuille on commence par l’encadrement et le vide, qui est médian, est rempli par le partenaire.
Mon but : montrer que, si différents que nous soyons, nous pouvons tous être voisins et nous valoriser réciproquement » (Yvon Taillandier 01/01/1998)

Ces oeuvres expriment avec force sa vision de la création et sa démarche artistique.

« Une association de deux artistes : chacun jouant à son tour le rôle de l’environneur et de l’environné, du protecteur et du protégé, comme dans la vie, tantôt ce qui nous entoure nous aide, tantôt nous aidons ce qui nous entoure.

Le système de l’encadreur encadré tend à démontrer la souplesse de la création »
(Yvon Taillandier 21/04/2007)








. . . . . . . .
bas

© Yvon Taillandier. Tous droits réservés