Yvon Taillandier Accueil
Oeuvres Biographie Ecrits Actualités Revue de presse Contact
Actualites
Bibliographie

> Le voyage de l'oeil


LE VOYAGE DE L'OEIL, Editions Calmann-Lévy

Ce livre est à la fois une invitation à un voyage dans le domaine de l'abstrait et le récit d'un voyage dans ce même domaine. Yvon Taillandier y tient, remarquablement, un double rôle : celui d'un néophyte, plein de bonne volonté, mais qui, en peinture moderne, ne connait ni a ni b, celui d'un guide qui ne pontifie jamais et qui emploie le langage du bon sens là où d'autres, d'ordinaire, se croiraient déshonorés s'ils n'utilisaient pas un certain jargon tout chargé de mystère. .................................................
Jean CHAMPOMIER, in "La LIBERTE", le 14 Juin 1961
...........................................................................................
C'est une curieuse démarche qu'a entreprise Yvon Taillandier, dans "Voyage de l'Oeil".
Alors que tant d'historiens d'art et de critiques improvisés s'ingénient à nous parler d'une peinture moderne qu'ils défendent ou démolissent avec passion, Yvon Taillandier se promène dans le jardin idéal de la peinture moderne sans éprouver le besoin de décerner des couronnes à la contemplation, ni de distribuer des taloches. Tout simplement - mais il faudrait dire étudiée de la peinture sa noblesse première ; il en est peu : tout savamment- il prend plaisir à partager avec nous ses surprises et ses découvertes. Il discute peinture comme d'autres écrivent des maximes ou des aphorismes sur le bien et le beau.

Il ne se laisse pas aller au jeu facile des échelles de valeurs, plus ou moins éphémères. Pour Yvon Taillandier, l'univers de la peinture est un vaste spectacle, et un immense paysage où il convient de construire la demeure de son choix. C'est d'un confort très exigeant qu'il s'agit, en dernière analyse. Et pour y accéder, il nous propose un itinéraire d'honnête homme, ni trop averti, ni ignorant. Par amour, par goût et par culture il nous faut, à sa suite, nous installer au milieu de toiles qui sont bien plus que des toiles.
Il est peu d'ouvrages qui restituent si bien à la contemplation étudiée de la peinture sa noblesse première : il en est peu qui dénoncent avec tant de ferveur élégante les surenchères et les modes sans lendemain.

Alain BOSQUET, in "COMBAT" 4 mai 1961
..........................................
Mon cher Yvon,
Merci beaucoup pour ton "Voyage de l'Oeil" que je reçois à l'instant.
Je me réjouis de sa parution et de la diffusion qui va être ainsi donnée à tes idées - comme de le lire très bientôt

SOULAGES Pierre
........................................
Je viens de relire ton livre après un certain temps et c'est toujours une belle surprise. Un très beau livre d'aventures qui ne laisse pas fermer l'oeil.
Mais ce qui m'impressionne peut-être le plus de ce "Voyage de l'Oeil", c'est la fraîcheur et l'authenticité. Ta présence......
LOBO - sculpteur, 30 juillet 1961
...............................
A mon retour de voyage, je viens de trouver votre livre. Toutes ces questions de peinture que vous venez de traiter m'intéressent au plus haut point, et je suis sûr que votre oeuvre m'apportera beaucoup de connaissances nouvelles....Van Der KEMP, Conservateur en Chef du Musée de Versailles, 8 mai 1961
....................................
............Votre "Voyage de l'Oeil" est une excellente introduction, pleine de traits originaux, à la peinture nouvelle et je l'ai recommandé à plusieurs personnes............
Jean GRENIER 10 décembre 1961
...............................
Merci pour votre livre. Je m'apprêtais à vous en vouloir de ne pas m'avoir proposé de l'éditer, mais on me dit qu'il s'agit d'une commande et c'est à moi que j'en veux de n'en avoir pas eu l'idée.
Car il est bien remarquable. Ce que j'avais lu de vous ne me donnait pas à penser que vous feriez un livre semblable ni que vous pourriez écrire sur la peinture de façon aussi simple et aussi efficace. C'est aussi peu intellectuel que possible mais au contraire intelligent, profond et sensible. J'y ai beaucoup appris et de la plus plaisante façon et bien des gens vous seront reconnaissants comme moi, de leur avoir appris à mieux voir et ouvrir des domaines qui leur étaient encore fermés................
Il faudrait qu'on parle de ce livre et qu'il soit répandu : c'est un des rares ouvrages à parler de façon amusante, émoustillante qui change de la critique solennellement pontifiante et je suis sûr que vous rendez là un vrai service à l'art abstrait et même à l'art tout court.....

Pierre HORAY, éditeur, 17 mai 1961
............................................................
Votre beau livre m'a profondément touché : une telle lucidité alliée à tant de simplicité, donne à ce volume une résonance singulière et très rare. Vous y témoignez d'un naturel qui est le signe d'une grande autorité. Vous avez l'adhésion totale de votre lecteur, ce néophyte qui se laisse mener où vous le désirez parce qu'il est immédiatement conquis par la qualité de vos conseils et de vos confidences.
Comme j'ai apprécié ce que vous dites de Manessier et de Poliakoff, de Dubuffet ou de Mondrian, et cette séquence si bouleversante des images qui refusent à l'enfant de livrer leur secret. J'ai beaucoup aimé aussi cette découverte des Rubens du Louvre et votre analyse si fine de l'oeuvre de Herbin.
L'aventure du point qui respire sur une feuille blanche, le tableau qui respire sont d'une poésie extrême et magique......................

Michel FARE, conservateur, Musée des Arts Décoratifs, Palais du Louvre, 3 mai 1961
............................................
..............je veux vous redire d'abord tout le plaisir que j'ai eu et que j'ai encore, car je relis souvent de nombreux passages, à me trouver en contact avec une expérience fraîche et authentique, avec une pensée délicate et loyale, avec une imagination raffinée et un sens inné de la forme, qui font désirer la lecture d'un roman écrit par vous, et qui communiquent au lecteur de cet ouvrage, une sympathie très profonde pour leur auteur. Mais il ne s'agit pas ici d'une oeuvre romanesque, et l'adhésion à un texte analytique et critique ne peut-être, bien sûr; aussi totale que celle qu'apporterait le genre littéraire..........................
Charles LAPICQUE, peintre, 22 juin 1961
..........................................

.............J'ai été séduit par la clarté, la concision, et l'absence de "jargon" ce qui rend si souvent pénible la lecture de tant de livres dédiés à l'art. Je me permets de vous féliciter, et je vous remercie pour le plaisir que vous m'avez procuré en m'offrant cette lecture que je n'hésitais pas à qualifier de "stimulante".........................
R.WEHRLI, directeur Musée des Beaux Arts, Kunsthaus ZURICH, 29 avril 1961
........................................................

Yvon Taillandier est l'auteur de cet attachant petit livre où, à travers ses propres expériences, il initie le lecteur à la découverte des formes les plus neuves, les plus déconcertantes de l'art contemporain. Sa méthode est l'aventure même qu'il a vécue. Pour en tirer pleinement parti, pour mieux conduire l'amateur à l'accès de la beauté, il s'efforce d'abolir ses connaissances acquises et de retrouver la prime fraîcheur de l'émotion. Aussi est-il particulièrement persuasif.
Ce voyage, taillandier l'accomplit simplement, franchement, clairement, sans recourir au lourd appareil de la philosophie et de l'érudition. C'est à l'apprentissage de l'oeil, aux données sensibles qu'il demande les clefs de maints problèmes, obscurcis comme à plaisir par les spéculations intellectuelles. Parmi les jeunes critiques, Yvon Taillandier est le seul, je crois bien, qui a renoué avec la critique empirique et subjective.

Frank ELGAR, in "CARREFOUR" 7 février 1961


éditions Calmann-Lévy 1961

. . . . . . . .
bas

© Yvon Taillandier. Tous droits réservés